POLCAN2ID#: 3362
Date: 2018-11-14
Heure: 00:00:00
Par auteur:
Catégorie: Call for Papers
Sujet: Appel de propositions - Reconstituer la mémoire historique: défis et enjeux éthiques



Appel de propositions d’articles pour le 15 décembre 2018 

 

Reconstituer la mémoire historique: défis et enjeux éthiques

Pour publication dans Les ateliers de l’éthique

dans un numéro thématique coédité par

Florence Larocque et Anne-Marie Reynaud

 

                                                   

Face à une volonté réelle ou superficielle de réconciliation, la conservation de la mémoire historique liée à des épisodes d’oppression ou autoritaires fait l’objet d’initiatives diverses. Fréquemment, celles-ci prennent la forme de commissions de vérité et réconciliation (notamment au Canada, en Amérique latine et en Afrique du Sud), de musées de la mémoire ou d’œuvres d’art. Or, ces initiatives soulèvent souvent des débats et questionnements quant à la récupération de la mémoire à des fins politiques ou personnelles. Parfois, ce sont les victimes qui ne se sentent pas comprises; d’autres fois, ce sont des alliés des protagonistes qui se sentent jugé à tort. La mémoire historique, en particulier pour des épisodes d’oppression et violents, est un objet sensible, qui ne fait pas l’unanimité.

 

De nombreuses initiatives récentes, pour récupérer, conserver ou mettre en lumière la mémoire historique ont suscité des débats, tant à l’échelle canadienne qu’internationale. Au Canada, on compte la Commission de vérité et réconciliation, la série historique Canada : The Story of Us lancée pour le 150e anniversaire de la Confédération canadienne, les œuvres Slāv et Kanata, qui ont été critiquées à divers degrés. À l’international, les processus de transition démocratique ou conflits internes ont parfois été suivis d’initiatives de récupération de la mémoire, qu’elles soient législatives (lois mémorielles), punitives (procès), restauratrices (commissions de vérité et réconciliation) ou commémoratives (musées, créations artistiques). Ces initiatives sont aussi souvent remises en question.

 

Le présent dossier thématique vise à explorer, à la lumière d’études de cas ou de réflexions critiques, les enjeux éthiques de la reconstitution de la mémoire historique (en particulier la mémoire historique d’épisodes d’oppression ou violents), à travers les questions suivantes :

 

 

La portée de ce dossier se veut profondément multidisciplinaire. Nous invitons donc des auteurs de diverses disciplines (histoire, anthropologie, politique, philosophie, sociologie, droit, etc.) à soumettre leur proposition. 

 

Les ateliers de l’éthique/The Ethics Forum est la revue évaluée par les pairs et bilingue (anglais et français) du Centre de recherche en éthique (CRÉ). Elle est indexée dans Philosopher’s Index, Philpapers.org, Google Scholar, Directory of Open Access Journals, Portail BiblioSHS de l’INIST et Papyrus, et dans de très nombreux autres catalogues qui reprennent les informations des catalogues ci-dessus. En 2017, elle a reçu la cote Scientific Journal Impact Factor 2017 (SJIF) de 6.447.

 

Format

– Propositions de maximum 300 mots.

– Police à utiliser: Times New Roman, 12 point.

– En français ou en anglais.

 

Soumission des propositions

Les propositions doivent être soumises par courrier électronique à l’adresse :

jean-philippe.royer@umontreal.ca

 

Tous les auteurs seront avisés en début janvier. Les textes finaux des propositions acceptées devront être remis pour le 1er avril 2019. La longueur des textes finaux devra être d’environ 6 000 à 12 000 mots.



home



L'Association canadienne de science politique (ACSP) fournit au meilleur de sa connaissance l'information contenu dans ce message ; néanmoins, l'ACSP ne peut en garantir l'exactitude. Les opinions et résultats de recherche qui peuvent être exprimés dans ce message ne sont pas nécessairement ceux de l'ACSP, de ses membres du Bureau de direction, de ses membres du Conseil d'administration ou de ses employés. Toute personne utilisant cette information le fait à ses propres risques et ne peut tenir l'ACSP responsable de quelque dommage qui en résulterait. En outre, l'ACSP ne parraine pas, ne révise pas et ne contrôle pas le contenu des sites web accessibles via les hyperliens. Les messages sont affichés dans la langue dans laquelle nous les avons reçus.