POLCAN2ID#: 1285
Date: 2016-02-03
Heure: 00:00:00
Par auteur:
Catégorie: Call for Papers
Sujet: Appel à communications - Les infrastructures sportives entre action publique et territoire



53ème colloque de l'Association de Science Régionale de Langue Française 

7 au 9 juillet 2016 à Gatineau, Québec, Canada. 

Territoires et frontières : le développement à l’épreuve des régions frontalières 

 

Appel à communications 

Les infrastructures sportives entre action publique et territoire 

Session spéciale coordonnée par : 

André Bernier – Université d’Ottawa 

Anne Mévellec – Université d’Ottawa 

Sébastien Ségas – Université Rennes 2 

Session spéciale S7 

 

Les infrastructures sportives ont fait l’objet de travaux dans divers champs disciplinaires : la sociologie, la science politique, l’urbanisme, l’économie, l’histoire, etc. À la jonction de ces champs, cette session spéciale propose d’interroger les infrastructures sportives en tant qu’elles permettent de penser les rapports entre territoire et action publique. La construction ou la rénovation des stades, arénas ou piscines constituent autant d’occasions de révéler leurs dimensions sociales, politiques, économiques et urbaines (Lefebvre, 2003). Présentées comme des solutions attrape-tout, permettant de répondre aux enjeux de planification et de revitalisation urbaine, d’équilibre des territoires métropolitains, de levier de développement économique, ou encore de marketing territorial, les infrastructures sportives sont aussi valorisées par leurs promoteurs comme des outils identitaires pour la ville, le quartier, au-delà même des simples supporters (Schimmel, 2010). D’un point de vue théorique, ce thème permet de mobiliser, entre autres, les apports de l’économie politique urbaine ou de la théorie des régimes urbains (Pelissero et al., 1991 ; Schimmel, 2001). Les propositions de communication pourront s’inscrire dans l’un des deux axes suivants : 

 

Axe 1 : Action publique et infrastructures sportives. Les projets de construction ou de rénovation des infrastructures sportives interrogent la manière dont ces dossiers sont mis à l’agenda et sur les réseaux d’acteurs qui se déploient à leur occasion. L’analyse des politiques publiques permet d’explorer plusieurs dimensions de ces processus : de la formulation (construction des problèmes publics, mise à l’agenda, coalitions de causes multi-niveaux, décision) à la mise en oeuvre des projets. En outre, les infrastructures sportives peuvent aussi être étudiées sous l’angle des mobilisations sociales qu’elles suscitent (Sawicki, 2012) ou des processus de participation qui les accompagnent. Ces projets d'infrastructure reflètent l’émergence négociée d’un compromis entre les attentes d’intérêts privés et le souci politique d’intégrer les préoccupations et les revendications des riverains (Henry & Paramio-Salcines, 1999). Finalement, on observe des effets de diffusion (Siemiatycki, 2013) des projets d’infrastructure, qui permettent d'interroger les formes de transfert ou de différenciation territoriale (Douillet, 2012). 

 

Axe 2 : L’économie des infrastructures sportives. Ces infrastructures sont accompagnées d’un double discours de légitimation économique. Le premier registre concerne les modalités du financement, de la construction et de la gestion de ces infrastructures. Y sont associés des phénomènes émergents tels que la diffusion des partenariats publics privés (Mazouz, 2009) ou encore le « naming ». Plus généralement, en liaison avec le premier axe, il s’agira de s’intéresser à la place des intérêts privés dans la formulation et la mise en oeuvre de ces projets. Un second registre de justification englobe les discours sur la rentabilité attendue (Coates, 2007 ; Eckstein & Delaney, 2002) ou sur les effets prévus et induits sur les tissus économiques urbains et régionaux. 

 

Proposition de communication : 

Date limite pour l’envoi des propositions de communication : 22 février 2016 

Avis du comité scientifique : mi-avril 2016 

Envoi du texte complet : 17 juin 2016 

 

Modalités d’envoi : 

 

Les envois des propositions de communication s’effectueront directement en ligne par les participants (sur le site du colloque à http://www.asrdlf2016.com). Lors de la soumission de proposition de communication, les participants devront spécifier que leur texte s’inscrit dans le cadre de cette session

 

Les propositions de communication doivent comprendre les éléments suivants : 

 

1. Les coordonnées précises du ou des auteurs; 

2. Le titre de la communication; 

3. La référence à une ou deux thématiques ou sessions visée(s); 

4. L’objectif de la communication, l’originalité du sujet, la méthode, les résultats obtenus clairement exposés et justifiés (un résumé d’environ 800 mots); 

5. Cinq mots-clefs; 

6. Une bibliographie précise et spécifique (15 références pertinentes au maximum). 

 

Contact : 

André Bernier 

 

Courriel : abern082@uottawa.ca



home



L'Association canadienne de science politique (ACSP) fournit au meilleur de sa connaissance l'information contenu dans ce message ; néanmoins, l'ACSP ne peut en garantir l'exactitude. Les opinions et résultats de recherche qui peuvent être exprimés dans ce message ne sont pas nécessairement ceux de l'ACSP, de ses membres du Bureau de direction, de ses membres du Conseil d'administration ou de ses employés. Toute personne utilisant cette information le fait à ses propres risques et ne peut tenir l'ACSP responsable de quelque dommage qui en résulterait. En outre, l'ACSP ne parraine pas, ne révise pas et ne contrôle pas le contenu des sites web accessibles via les hyperliens. Les messages sont affichés dans la langue dans laquelle nous les avons reçus.